7 Dualité de l’élection – Schisme – Réunion des deux royaumes

Le survol assez étendu qui vient d’être effectué appellerait de nombreuses remarques, tant textuelles que théologiques, qui sont davantage du ressort du bibliste ou de l’exégète que du mien. Toutefois une constatation s’impose : la présence massive du thème des deux royaumes tout au long de l’Écriture et la survivance tenace de la foi en une restitution de l’unité des deux parties du Peuple de Dieu.

Il est bien évident qu’on ne saurait trancher ici avec autorité sur les problèmes qui découlent de cet état de choses. Doit-on parler – comme certains croient pouvoir le faire avec assurance – de deux traditions rédactionnelles, l’une pro-judéenne exaltant le thème de la royauté de David et celui de l’élection de Jérusalem comme centre cultuel, l’autre, pro-Israël (du Nord) exaltant Joseph et Éphraïm ? Ou bien doit-on donner raison à ceux qui croient voir des traces de l’aversion juive traditionnelle envers les Samaritains partout où se trouvent des récits ou même de simples allusions hostiles à l’Israël du Nord ? – Dans ce dernier cas, que faire de l’espérance tenace d’une réconciliation entre les deux royaumes tant espérée et annoncée par les prophètes ? – Ou encore, faut-il voir, dans ces prophéties, une tendance conciliatrice entre les traditions antagonistes ? Ce serait faire bon marché de l’inspiration de la prophétie, outre que cette théorie a l’inconvénient de ne pouvoir apporter de réponse à la persistance du motif de la réconciliation nord-sud, bien après que tout espoir fût perdu de voir revenir l’Israël du Nord déporté.

En ce qui me concerne, je fais confiance à l’Esprit Saint inspirateur de l’Écriture, qui a chargé les événements et les récits bibliques d’une portée eschatologique, que révèle parfois l’intrication prophétique dont j’ai parlé dans l’Avant-propos du présent travail.

2 Responses to Dualité de l’élection – Schisme – Réunion des deux royaumes

  1. Peel Olivier on février 11, 2013 at 3:19 says:

    Je souscris entièrement à ton opinion mon cher Menahem. Je ne vois pas non plus diverses traditions et encore moins une aversion quelconque aux samaritains mais à l’action de l’Esprit-Saint qui sait, depuis les origines, ce qui est en Dieu. A force de vouloir arrondir les angles, on obtient un résultat qui ne ressemble plus à ce que Dieu voulait au départ.

  2. macina on février 11, 2013 at 3:46 says:

    Hélas, c’est bien vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *